• LHSVR | Ligue de Hockey Simulee de la Vallee-du-Richelieu
  • Day 55Game 394
    Wild3
    Capitals1
    Boxscore 0 Likes
  • Day 63Game 446
    Wild
    Flyers
    Preview 0 Likes
  • Day 55Game 393
    Wild5
    Bears2
    Boxscore 0 Likes
  • Day 57Game 405
    Heat4
    Wild1
    Boxscore 0 Likes
  • Day 58Game 420
    Bears1
    Wild3
    Boxscore 0 Likes
  • Day 60Game 432
    Condors3
    Wild2
    Boxscore 0 Likes
  • Day 63Game 445
    Wild
    Phantoms
    Preview 0 Likes

Sortir de l'enfer...

2021-12-02

25 juin 2016... Bobby Ryan est échangé aux Rangers de New York avec un choix de 1er et 4eme tour en retour de Simon Gagne, un 2e choix et le prospect Jeremy Bracco.

Le téléphone sonne.. C'est le nouveau Directeur Général C-Pep qui confirme les rumeurs. La descente en enfer de Bobby commence.

...

Bobby Ryan: J'étais sous le choc. Je ne m'y attendais pas. 

J'étais bien placé avec le Wild. J'étais très constant avec mes productions offensives et je sentais que je commençais mes meilleures années. 

Durant ma dernière années en 2016, on avait réduit mon temps de jeu. Ma production offensive en a donc pris un coup. Mais c'était ok, parce que Charles m'avait dit qu'il voulait commencer à jouer à trois trios plutôt que seulement deux. 

En série mon temps de jeu était revenu plus haut et j'avais connu de bonnes séries. 

Je n'avais donc pas d'inquiètude pour la prochaine saison.

BR: C'est à partir de l'année suivante que j'ai commencé à perdre ma confiance.

Je savais que je m'en allais jouer pour les Rangers qui avait ouvertement dit à leurs fans qu'il commençait une longue reconstruction.

À ce stage ci de ma carrière, je me considerais comme un joueur de premier plan qui pouvait aider une équipe à gagner une Coupe Stanley.

J'étais donc très déprimé...

Par contre, je n'ai joué que 13 matchs je crois avant d'être encore échangé.

Je dois dire que ça m'a rendu un plus heureux, parce que j'allais dans une équipe qui voulait aller en série.

Je suis donc échangé aux Islanders de NY et je termine la saison avec eux. 

Je ne connais pas une bonne fin de saison, mais au moins mon voeux est exaucer; nous faisons les séries.

On se fait par contre éliminer en 2e ronde.

BR: Avec mes mauvaises performances, je ne sais plus trop quoi penser de moi-même en tant que joueur.

Je m'éloigne donc du hockey pendant l'été.

Je reviens au camp des Islanders la tête clair de toute cette dernière année et je me dis que je vais tout faire pour avoir la meilleure année de hockey de ma carrière.

Je commence l'année de très bonne façon et je recommence à avoir du plaisir, jusqu'à temps qu'on m'annonce que je retourne à NYC.............

J'étais hors de moi....

Je ne pouvais pas y croire......

J'ai donc dit aux Rangers que je devais prendre du temps pour moi et que j'allais s'éjourner avec mes parents quelques jours pour faire le point sur ma carrière.

Bob Stevenson: Oui il est venu nous voir les yeux plein d'eau. Il ne comprennait plus pourquoi il se faisait échanger aussi souvent.

Il était troublé et il voulait seulement jouer au hockey pour une équipe qui voulait gagner.

BS: Étant propriétaire d'un gym, je lui expliqué le concept de la persévérance. 

Je vois des dizaines de gens chaque jour dans mon gym. Certain persévère et d'autres abandonnent dès que ça devient difficile.

J'ai dit à Bobby de continuer et de ne pas abandonner. 

Qu'il sera capable de rebondir et qu'il trouvera la bonne équipe.

Qu'il était trop bon pour continuer de se faire échanger aussi souvent.

BR: Je suis donc retourné avec les Rangers pour jouer et c'était pire que la 1ere fois. Rien ne fonctionnait. 

J'ai donc demandé à être échangé. C'était mon tour de prendre cette décision.

C'est à partir de ce moment que j'ai senti que le vent était rendu de mon coté.

Ils m'ont donc échangé à San Jose.

J'ai tout de suite repris confiance. 

Nous sommes allés en série et je jouais mon meilleur hockey. 

Je suis rester deux autres saisons complètes avec les Sharks et j'étais redevenu le joueur que j'étais. 

J'étais heureux. 

Melody Stevenson: Oui quand il jouait pour les Sharks, mon petit Bobby était si heureux. 

On était content pour lui. 

Il était enfin libre de toutes ses pensés négatives.

BR: J'ai vraiment aimer mon passage avec les Sharks. 

Ils ont pourtant choisi de m'échanger. 

Selon le DG interim à l'époque, il voulait rajeunir un peu l'équipe.

J'étais ok avec la décision. 

Étant un joueur un peu plus vieux maintenant, je pouvais comprendre que mes meilleures années étaient peut-être derrière moi maintenant.

Je faisais encore un salaire de 5M $ pour la prochaine saison, donc je n'avais pas de soucis de ce coté.

Ils m'ont envoyé avec les Blues.

Les Blues n'était pas une équipe qui pouvait compétitionner pour un championnat, mais comme je le disais plutôt, mes soucis étaient derrière moi.

Je voulais juste jouer au hockey pour une équipe sans avoir à me soucier de rien.

Brian Burke: En 2005, Bobby était sur toutes les listes des équipes.

On savait tous qu'il serait parti après les premières sélections.

Nous avons décidé de le prendre au 3e rang sans même y réfléchir.

On l'avait vu jouer toute la saison et même la saison d'avant.

On savait qu'il pourrait rejoindre le Wild d'ici 1 an ou 2. 

Je crois qu'il s'approche des 500 pts en carrière cette saison. 

Quand une équipe le place dans la bonne chaise et qu'il le laisse jouer, Bobby est un excellent joueur. Il sera toujours capable de faire entre 50 et 60 pts. 

On pense que ce type de joueur est facile à trouver, mais Bobby est aussi un joueur physique. Il crée beaucoup d'espace pour ses coéquipiers. 

Il est un joueur essentiel pour le succès d'une équipe. 

C'est un belle chose de le voir de retour avec le Wild.

Elizabeth Morgan: Alors après tout ce chemin, tu es maintenant de retour, là où tout a commencé pour toi. De retour avec le Wild.

BR: Oui et c'est excitant! 

On sait tous qu'ils ont gagné la coupe l'an dernier et qu'ils ont encore une excellente équipe cette saison.

Je suis très content de jouer ici cette saison.

Lorsque j'ai recu l'appel de HHH cet été me disant que je venais de me faire échanger au Wild, on m'a dit que je serais ici pour toute la saison et que le focus serait de gagner la Coupe Stanley tous ensemble.

Cette organisation est spécial. 

C'est évidemment ici que j'ai connu mes meilleurs moments, mais l'équipe de gestion semble très méticuleuse.

La chimie dans la chambre est excellente. 

Il y a un bon mix de jeunes et vétérans.

Coach Boucher est vraiment très ouvert sur les suggestions et il fait confiance aux joueurs.

D'avoir un rôle offensive, dans une équipe aspirante c'est vraiment ce que j'ai toujours voulu.

J'aurai beintôt 35 ans et c'est ma dernière année de contrat.

Je ne sais pas ce que l'avenir me réserve, mais je veux évidemment aider le Wild a remporter une deuxième Coupe Stanley cet été.

EM: Merci Bobby.

 




Mathieu Dugas

solide ! hahahaha lâches pas ca ! ok je vais pondre un petit quelque chose bientôt pour te relancer j'ai une petite idée ou 2.

Sortir de l'enfer...
L'histoire de Bobby Ryan | Sportsnet

• 1 teams Like this  1 month
Charles Pepin plus d'articles, plus de fun!
1 month  1 teams Like this